Silent-Seeds-Logo-Blog

A-t-on le droit de faire pousser du cannabis ?

Bien que le cannabis soit la culture de drogue illégale la plus répandue dans le monde, on sait très peu de choses sur sa production, son commerce et sa consommation à l’échelle mondiale. Cela est dû principalement à plus d’un siècle de prohibition mondiale et aux dangers associés à la recherche sur la culture de drogues illégales. 

Pire encore, les quelques données disponibles sur la culture du cannabis sont le plus souvent inexactes, peu fiables et très controversées. Si cette situation a toujours été problématique, en termes de connaissances et d’élaboration de politiques éclairées, elle est aujourd’hui devenue encore plus aiguë. Ainsi, les tendances mondiales à la dépénalisation et à la légalisation provoquent déjà des conséquences dont une législation sur les variétés de cannabis cultivables.

La plante de cannabis : qu’est-ce que c’est ?

Le cannabis sativa, mieux connu comme source de la marijuana, est la plante la plus reconnaissable, la plus notoire et la plus controversée au monde. Si la structure des plantes peut sembler beaucoup plus simple que celle des animaux, les adaptations architecturales de C. sativa sont très complexes et intelligemment conçues pour remplir une grande variété de fonctions. 

Les plantes de cannabis varient énormément en hauteur selon l’environnement et selon qu’elles sont sélectionnées pour leur fibre de tige (le type le plus haut). Mais elles mesurent généralement de 1 à 5 m de haut. La tige principale est érigée, sillonnée (surtout lorsqu’elle est grande), avec un intérieur quelque peu boisé. De plus, elle peut être creuse dans les internodes (portions de la tige entre les bases des tiges des feuilles). Bien que la tige soit plus ou moins ligneuse, l’espèce est souvent qualifiée d’herbe ou de plante herbacée. Les herbes et les plantes herbacées sont définies comme dépourvues de tissus ligneux significatifs, de sorte que ces termes ne sont pas vraiment exacts.

Le cannabis : un terme général 

Le terme « cannabis » au sens large désigne la plante de cannabis, en particulier  :

  • ses produits chimiques psychoactifs, employés notamment comme drogues illicites et médicinales,
  • ses produits fibreux tels que les textiles, les plastiques et des dizaines de matériaux de construction,
  • les produits comestibles à base de graines, aujourd’hui présents dans plus d’une centaine d’aliments transformés, et 
  • toutes les considérations qui y sont associées. 

Concrètement, le cannabis est un terme générique qui désigne tous les aspects de la plante, en particulier ses produits et leur utilisation.

Quelles sont les différentes espèces de plantes de cannabis ?

Cannabis Indica et Cannabis Sativa sont les deux principales variétés de la plante de cannabis. Il existe de nombreuses autres variétés locales originales des deux variétés qui proviennent de nombreuses régions du monde. 

Au sein de chacune de ces variétés, il existe un grand nombre de souches individuelles, chacune ayant un profil cannabinoïde et un effet médicinal différents. Comme les souches Indica contiennent plus de chlorophylle que les souches Sativa, elles se développent et mûrissent plus rapidement.

Pure Sativa

Le cannabis Sativa pur est une rareté dans le domaine de la marijuana médicale car ces souches sont un défi à cultiver, en particulier à l’intérieur et à l’extérieur. Les graines de ce type sont également rares à trouver car les vendeurs aiment stocker des variétés populaires et les Sativas pures ne sont pas si populaires. Les graines de cannabis Sativa proviennent principalement de régions plus équatoriales (Colombie, Mexique et Asie du Sud-Est). 

Lire cet article  Est-ce la fin de l’âge d’or du cannabis en Espagne ?

Elles poussent comme des plantes hautes et minces, aux feuilles étroites et sont de couleur vert clair. Elles croissent rapidement par rapport aux souches indica et peuvent atteindre des hauteurs de 20 pieds en une seule saison. Une fois la floraison commencée, elles peuvent prendre de 10 à 16 semaines pour mûrir complètement. Les saveurs vont de terreuses à sucrées et fruitées.

  • Les effets du cannabis sativa 

Les effets de Sativa pure peuvent souvent induire une paranoïa et des battements cardiaques irréguliers. Par conséquent, en tant que substance récréative, les sativas pures sont un choix rare. Si trop de sativa pure est consommée, elle peut donner une sensation similaire de boire beaucoup trop de caféine. Les effets positifs des sativas sont leurs capacités édifiantes qui peuvent aider à :

  • la dépression, 
  • la fatigue, 
  • la stimulation de l’appétit, 
  • la douleur, et 
  • aux nausées. 

Bien que les graines de cannabis sativas pures soient assez rares, elles sont très convoitées par les éleveurs qui utilisent leur stabilité génétique pour créer des souches hybrides design.

Hybride Sativa Dominante

Ce sont des souches de sativa qui ont été pollinisées et croisées par un sélectionneur pour répondre à des critères spéciaux tels que les odeurs exotiques, les goûts et les effets stimulants pour lesquels les sativas sont connues. Souvent, ces hybrides contiennent une certaine génétique indica mais semblent principalement de nature dominante sativa. 

Les souches hybrides dominantes de sativa sont convoitées pour les propriétés de motivation qu’elles possèdent, souvent sans la paranoïa associée aux souches de sativa pure. Les souches dominantes Sativa sont édifiantes, énergiques et ont un high cérébral » qui convient le mieux au tabagisme de jour. Ces types ont des qualités d’antidépresseur et de stimulation de l’appétit, et peuvent être très précieux en tant que médicament à cet égard.

Indica pure

Les Indicas pures proviennent à l’origine des pays producteurs de haschich du monde comme le Pakistan, l’Afghanistan, le Maroc et le Tibet. Ce sont des plantes courtes et denses, avec de larges feuilles de cannabis qui poussent souvent d’un vert plus foncé, avec plus de chlorophylle et moins de pigments accessoires. Pour information, les pigments accessoires protègent la plante de la lumière excessive du soleil. 

Après le début de la floraison, les graines indicas pures mûrissent en 6 à 8 semaines et sont meilleures pour la culture indoor car elles ne poussent pas aussi grandes que les sativas. Leurs fleurs seront épaisses et denses, avec des saveurs et des arômes allant de la mouffette piquante à la douce et fruitée. Les plantes Indica ont de loin l’effet le plus douloureux, sédatif et relaxant. Les consommateurs utilisent généralement des indicas pour l’insomnie et la douleur intense plus tard dans la journée car elle a un fort type nuageux de high. 

Lire cet article  La légalisation du cannabis en Suisse sera-t-elle bientôt une réalité ?

Hybride Indica Dominante

En termes de valeur médicale, ce sont les meilleures et les plus largement appréciées. Les souches « Kush » d’aujourd’hui sont un excellent exemple de ces types et sont de loin les plus populaires. Elles ont tendance à avoir de nombreuses qualités que le producteur et le consommateur trouvent à leur goût. 

Par conséquent, la majorité de la marijuana médicale est une Indica hybride. En raison de leurs niveaux plus élevés de CBD résultant de l’élevage avec Cannabis Ruderalis, ces variétés sont également utiles. Il s’agit de leurs utilisations comme aide au sommeil pour ceux qui souffrent de blessures, d’insomnie ou d’inflammation sévère.

Ruderalis

Cannabis Ruderalis est une sous-espèce de Cannabis tout comme Cannabis Indica et Cannabis Sativa. Elle est originaire de Russie centrale et possède des qualités très uniques et distinctives. Ruderalis a très peu de teneur en THC (tétrahydrocannabinol) et n’est presque jamais cultivé à des fins récréatives. Sa teneur élevée en CBD (Cannabidiol) rend cette souche de plus en plus populaire en tant que reproducteur pour les souches médicinales. Ruderalis est très intéressant dans le fait qu’il fleurit en fonction de l’âge plutôt que du cycle de la lumière. C’est ce qu’on appelle l’autofloraison. Cela signifie que même s’il est soumis à une culture indoor (cultivé à l’intérieur) sous 24 heures de lumière, il commencera automatiquement à produire des fleurs selon son propre calendrier génétique. 

Ainsi, lorsqu’il est croisé avec une indica ou une sativa, celles-ci seront très susceptibles d’autofloraison et d’avoir une teneur plus élevée en CBD. Ruderalis est également assez résistant aux dommages causés par les insectes ou les maladies. Le cannabis rudéralis et ses avantages génétiques ont radicalement changé la façon dont les généticiens et les sélectionneurs de semences créent des souches. 

Graines de cannabis : que dit la législation mondiale ?

La dévalorisation des arguments favorables à une légalisation du cannabis ne cesse d’évoluer à grands pas. Malgré cela, le marché des graines de cannabis reste toujours animé. À titre d’exemple, la France demeure jusqu’à présent le plus gros consommateur de cannabis en Europe. Il n’est donc pas rare de voir des magasins en ligne proposant des Graines de cannabis de collection en France. Alors que les sites web de vente des graines de cannabis ne cessent de s’accroître, de nombreuses personnes s’interrogent sur la légalité ou non du produit. 

Le cannabis est-il légal ?

La vérité est que le cannabis est autorisé à la consommation, la culture et la vente mais à la condition inviolable que le taux de THC n’excède pas 0,3%. En effet, les graines de cannabis dont la teneur en THC n’est pas conforme à cette règle sont psychoactives. Elles influencent le fonctionnement du cerveau et créent chez les consommateurs un effet de high. Aussi, la plupart des experts dans différents pays ont retenu une liste de variétés de cannabis légales. La plupart sont issues du cannabis sativa

Il est considéré comme plus sûr car sa teneur en THC est faible et inversement sa teneur en CBD élevée lui vaut des utilisations à grande échelle notamment dans le domaine médical. Pour finir, l’on peut planter n’importe quelle espèce de plante de cannabis à condition que la teneur en THC soit inférieure ou égale à 0,3%. Si cette condition n’est pas respectée, alors toute utilisation des plantes de cette espèce est considérée comme illégale.

Lire cet article  La fin de l'âge d'or du cannabis en Espagne ?

Culture de cannabis en France pour les professionnels : que dit la loi ?

La loi française ne portait pas un regard strict sur les différentes variétés de chanvre. Récemment, une distinction a été nettement faite et l’on distingue le chanvre c’est-à -dire le cannabis destiné à un usage industriel du cannabis cultivé pour l’extraction de cannabinoïdes. En tant que producteur, la culture du cannabis est encadrée par des lois. Les grandes lignes de ces lois sont énumérées ci-dessous.

  • Les espèces cultivées doivent appartenir à l’une des variétés de cannabis Sativa L autorisées à la culture.
  • La teneur en THC des plantes obtenues doit être inférieure ou égale à 0,3%.
  • Les graines de cannabis doivent être obtenues auprès de la coopérative centrale des producteurs de chanvre.

Les particuliers, en revanche, sont frappés par une interdiction stricte posée par la législation française. Il est donc interdit à tout particulier de faire germer ou planter des graines de cannabis même si c’est pour une consommation personnelle. Autrement, l’on s’expose à des sanctions. 

Quels sont donc les systèmes de culture de cannabis autorisés ?

Répondre à cette question revient à parcourir les législations en vigueur dans chaque pays. Mais la bonne nouvelle est que les systèmes de culture de cannabis sont pratiquement les mêmes dans tous les pays ayant accepté sa culture. Il existe trois typologies principales de systèmes légaux de culture du cannabis basés sur les réglementations en vigueur : à l’intérieur ou culture indoor, à lumière mixte et à l’extérieur. Ces trois systèmes de production peuvent bien sûr avoir un impact sur l’environnement par des voies différentes.

Quels sont les impacts des systèmes de culture du cannabis sur l’environnement ?

Les systèmes de culture du cannabis intérieur et mixte peuvent nécessiter des intrants externes plus élevés (par exemple, de l’énergie et les engrais) mais sont également associés à des rendements plus élevés. Ils entraînent aussi une réduction des préoccupations concernant la dégradation de l’écosystème. Les fermes extérieures peuvent nécessiter moins d’intrants de ressources. 

Toutefois, une mauvaise gestion ou un mauvais emplacement peuvent perturber les écosystèmes environnants. Les systèmes de culture à l’intérieur et à l’extérieur peuvent être associés à des risques de pollution atmosphérique provenant des composés organiques volatils biogéniques (COVB) qui peuvent être des précurseurs de la formation d’ozone. À ce jour, ces diverses préoccupations n’ont pas fait l’objet de recherches systématiques. 


De plus, dans la pratique, il existe d’innombrables variations et combinaisons entre les systèmes de production. Par exemple, dans une seule ferme, les plantes de cannabis mères peuvent être conservées à l’intérieur. Inversement, le clonage a lieu dans des environnements de lumière mixte et que les plantes pleines sont cultivées à l’extérieur.

Vous avez aimé cet article ?
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager sur Pinterest